• «Maman, je veux cette poupée!» Dit la petite amélie toute excitée de recevoir une nouvelle poupée. «Nous reviendrons demain te l'acheter, mais n'oublie pas de me le faire pensée» lui répondit sa mère.

    Amélie n'avait que sept ans et demi, mais elle pouvait avoir tout ce qui lui plaisait d'un seul regard plaignant la pitié. Ce soir là, cette jolie petite fille eu du mal à s'endormir ne pensant plus qu'à sa future nouvelle poupée. Même si elle avait un bras en moins, cette mignonne poupée attirait le regard de tous les enfants, mais aucune encore ne l'avait tant aimé que amélie. 

    Le lendemain matin, amélie prit son petit déjeuner en écoutant son émission favorite comme à chaque matin: Scoobi-doo. Elle avait tant rêvée de sa poupée qu'elle l'oublia bien vite. Vers huit heures et demi, elle alla au lit, et comme à l'habitude sa mère étant dans une chambre un peu plus loin faisant de la couture. 



    Une demi- heure plus tard, une voix ricanante réveilla la petite la faisant sursauté : «Je monte 1,2,3 marches....» La petite amélie se mit à appeler sa mère: «Maman il y a quelqu'un dans l'escalier qui fait du bruit.» «Mais non ma chérie il n'y a rien du tout.» Répondit sa mère continuant son dur travail. «Je monte 4,5,6 marches...» Fit de nouveau la voix. Et de nouveau amélie appela sa mère. Elle lui répondit de nouveau que ce n'était probablement que le réfrigérateur dans la cuisine en bas. 

    Mais la petite voix continu de gravir dans l'escalier. «Je monte 7,8,9,10 marches... et je suis rendu dans le couloir.» Répéta la petite voix d'un rire sarcastique. 



    Le matin de la veille, la mère d'amélie était surprise de se réveiller bien avant elle. Elle se dit que amélie avait une nuit agiter à cause des bruit du réfrigérateur alors elle se rendit à l'étage du bas pour préparer leur petit déjeuner, mais cela faisait une heure que amélie n'était pas descendu après que sa mère l'aie appelée. Furieuse, elle se rendit dans la chambre de la petite. La mère hurla de terreur en voyant sa fille noyée dans son propre sang et poignardée par la suite à 17 reprises , le bras arracheé et cette si jolie et adorable poupée avec le bras de sa fille comme remplaçant du sien manquant.


    7 commentaires
  • Un homme âgé de 41 ans, originaire de Rotenburg, en Allemagne, nous l'appelerons monsieur "c".
    Monsieur "c" rencontre grâce à Internet (sur Msn)un homme de 42 ans. Les deux hommes, qui partagent des tendances cannibales et homosexuelles, se mettent d'accord pour que le premier coupe le sexe du second devant une caméra, avant qu'ils ne le mangent ensemble.
    Mais monsieur "c" a toutefois décidé de tuer cet homme, et de la couper en morceaux. Il a conservé la plupart des morceaux dans un congélateur avant de le consommer.
    La police est remontée jusqu'à la trace de monsieur "c" grâce à une annonce parue sur Internet. L'auteur des faits y expliquait être à la recherche d'un partenaire prêt à se faire tuer devant une caméra et à se faire manger.
    A savoir, que monsieur "c" a confessé tout de suite les faits; d'avoir tué un autre homme en 2000, puis l'avoir découpé et mangé en partie. Il a meme declarer qu'il était triste de ne pas avoir pu manger le morceaux le plus tendre, "le coeur ", qu'il se réserver pour Nöel....


    1 commentaire
  • Dans une nuit d'orage,un soir de pleine lune,dans une triste maison,une fille voulait une poupée .
    Arrivée dans le magasin,les poupées etaient toutes dechiquetées sauf une.
    Elle avait un sourire de diable, des yeux rouge et des ongles pointus .La petite fille dit:
    "maman, je veux celle-ci
    Le vendeur repond à la fille
    - ok mais à une condition:ne la mets jamais dans une piece sans quelqu'un avec elle!!!"
    Enfin dans la maison, elle mit la poupée aux dents de fer dans le salon et partit se coucher...
    conslusion:elle était seulle dans une piece...
    Puis dans son lit la petit fille entendit d'une vois chantante:
    "je suis dans la cuisine la cuisine"
    puis le bruit se rapprochait d'elle!!!
    "je suis dans l'escalier l'escalier"
    la peur lui montais au cou et elle entendit:
    "je suis derrière ta porte ta porte"
    elle se mis sous sa couverture et verte de peur elle écouta:
    "je suis devant ton lit ton lit"
    et dans la même minute
    "je suis sous ta couette ta couette"
    puis...
    "je suis sur ta tête ta tête"


    156 commentaires
  • Un homme passe par toutes les maisons du quartiers pour vendre des calendriers. Il arrive à une maison, mais la jeune lui dit sèchement qu'elle n'en veut pas et lui claque la porte au nez. Le lendemain soir, de retour du travail, elle découvre un calendrier glissé sous la porte de sa maison. Sur celui-ci, une date en rouge était entourée, la date d'anniversaire de son mari. Mais en regardant mieux le cercle en rouge n'était pas fait de crayon, mais de sang. Apeurée, elle cherche alors son mari dans toute la maison, sans succès. Elle entend des bruits dans la penderie de la chambre, elle ouvre la porte et découvre son mari pendu par les pieds, la gorge tranchée.

    Oserais tu refuser d'acheter un calendrier ? èoé


    4 commentaires
  • Cette histoire s'est passée alors que j'étais adolescente. Ma mère et ma grand-mère étaient hospitalisées en même temps, mais dans deux chambres différentes et à des étages différents. J'allais voir tantôt l'une, tantôt l'autre en intervertissant avec mon frère pour pouvoir les assister toutes les deux. Un jour, j'étais avec ma mère, elle venait de subir une grosse intervention le matin même et était encore sous l'effet de l'anesthésie, mais elle me parlait et me reconnaissait. 

    Aux alentours de minuit, alors qu'elle dormait, elle ouvrit les yeux, leva les mains comme pour attraper quelque chose en l'air et dit: "Maman s'en va". J'ai tout de suite pensé qu'elle était en train de mourir, je me suis mise à pleurer mais elle s'est simplement rendormie. Elle n'était pas morte. Quelques minutes après, j'entendais de l'agitation dans le couloir de l'Hôpital et mon frère entra dans la chambre, il m'annonça que quelques instants plus tôt était morte ma grand-mère. 

    Alors je compris, ma mère devait avoir vu sa mère qui, à peine morte était venue la saluer pour la dernière fois. Elle ne parlait pas d'elle même mais de sa mère. De plus, elle n'avait aucun moyen de savoir que cette dernière était en train de mourir. Quand elle s'est réveillée, elle ne se souvenait de rien. Je suis cependant sure qu'elle a vu l'esprit de la grand-mère.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique